Greenfinch – La Mémoire des jours Feat Melan, Tekilla, D. Ace, Zippo, Davodka, Le Bon Nob, Ywill, Oprim, Saknes, Lautrec, Dooz Kawa, Guilty, Frimsa, Fhat. R, GANJre the Giant, DJ Venum

';

Deuxième extrait de l’album « From soul to souls » de Greenfinch.
Sortie prévue le 28/03/19 sur les plateformes digitales.

Réalisation : ULYSSE PAYA (https://www.facebook.com/UlyssePayaPr…)
DISPO sur les plateformes digitales : https://addictivemusic.lnk.to/lmdj

Feat (par ordre de passage) : Melan, Tekilla, D.ace, Zippo, Davodka, Le Bon Nob, Ywill, Oprim, Saknes, Lautrec, Dooz Kawa, Guilty, Frimsa, Fhat.R, GANJre the Giant & DJ Venum

Un grand merci à tous pour ce Feat sur le nouvel album de Greenfinch « From soul to souls »

Greenfinch (https://www.facebook.com/SeerealGreen…)
Melan (https://www.facebook.com/melan.omerta…)
Tekilla (https://www.facebook.com/TekillaEmtoo…)
D.Ace (https://www.facebook.com/D.Aceofficiel)
Zippo (https://www.facebook.com/Zippo-Offici…)
Davodka (https://www.facebook.com/davodkalever…)
Le Bon Nob (https://www.facebook.com/lebonnob)
Ywill (https://www.facebook.com/ywill.fr)
Oprim (https://www.facebook.com/LaJonction)
Saknes (https://www.facebook.com/SAKNESOFFICIEL)
Lautrec (https://www.facebook.com/MCLautrec)
Dooz Kawa (https://www.facebook.com/doozkawaoffi…)
Guilty (https://www.facebook.com/GuiltyOffciel)
Frimsa (https://www.facebook.com/frimsa.lesre…)
Fhat.R (https://www.facebook.com/fhatr33)
Ganjre the Giant (https://www.facebook.com/ganjre337)
DJ Venum (https://www.facebook.com/deejayvenum)

Mix/Mastering : Pure Sound https://www.facebook.com/puresound13/
http://www.puresound-studio.com
Distribution : Addictive Music (https://www.addictivemusic.fr/)


Paroles :

[Melan]
Parait qu’on change avec le temps, que parfois la flamme diminue
Je dois être un rocher face au vent moi, un observatoire de 10 000 vues

A croire que je ressens les choses comme la mémoire de l’eau
Dédiés à nos débats de l’aube, aux BA de l’un et aux déboires de l’autre
La voix enfermée dans ma tête devient claustro man
J’étais un gosse trop mal qui badait d’un post-trauma
Juste une table d’orientation mise sur un pic massif
Un disque en rotation d’mes souvenirs et d’ma petite magie

[Tekilla]
J’peux pas sourire comme un nouveau né, je sais que la life n’est pas très jolie
Un tas de souvenirs bons ou mauvais s’envolent sur du papier jauni

Bien trop souvent la poisse est passée me serrer la pince
A poil sur l’instru mon petit cœur chiale et fait des lap dance
Et j’maudis ces matins, quand la nostalgie m’atteint
Quand je n’ai plus qu’une boucle de guitare pour déposer ma plainte
Et j’crache mon spleen au rythme des battements de l’averse sur la vitre
L’espoir est d’or, très précieuse est la pierre si tu la briques

[D.Ace]
Comme je regrette cette époque où tout était moins compliqué
Tu te préoccupais juste des potes, de ce que tu mangerais au diner

Du nouveau jeu Mario Kart, tu t’amusais en jouant aux cartes
La musique c’était quelque chose y’avait Sniper sur les pancartes
Et puis le temps s’est écoulé, plus le temps de se la couler douce
Les potes sont éloignés mais où sont-ils passés tous ?
Tout est éphémère, sauf le temps qui passe
Avant que ma santé dégénère, je compte bien laisser une trace

[Zippo]
A la place du cœur t’as plus qu’un ke-tru qui fait tic-tac
Bat la race tu pleures pas t’es pas de ceux qui font des crises d’asthme
Rien que t’as l’estomac solide, mais bon t’as trop mal au bide

Quand t’ouvres cette putain de boite à chaussures pleine de polaroid
Tu passes de nous à je, mais néanmoins moins à genoux
Le ciel est nuageux t’es juste quelques épisodes plus vieux
Tu joues le jeu, te mords la joue jusqu’à l’hémorragie
En voyant la magie des jours s’effacer comme un mirage

[Davodka]
Trop de souvenirs en pagaille, des coups de vis dans ma life, des fous rires d’grand malade
J’ai couru à ma perte histoire que mes jambes s’dégourdissent dans Paname
Ce soir j’tise d’vant le canal, ça fait ressortir un peu d’remord

Pour voir mes proches je mets mes souvenirs dans la pensine à Dumbledore
Papa maman vieillissent et quand j’y repense dur de trouver le sommeil
Pour eux je serai brillant mais terre à terre comme un coucher de soleil
C’est dur d’être positif mais j’ai pas le choix avec ma haine j’ferai quoi ?
Mieux qu’un album photo je crée des souvenirs en format mp3

[Le Bon Nob]
Crois moi tu feras pas long feu (yeah) alors ouvre les yeux
Il faut que tu savoures, d’abord il faut goûter il faut de la bravoure
Chacun son parcours, je te sers mes couplets je donne de l’amour

A nos morts, à nos mères, ah nan merde, faut pas dire
On oublie pourtant c’est eux qui nous ont permis de nous bâtir
Tout est dans la tête et le cœur est pour eux on s’est vu devenir des vieux
Je n’ai plus que des souvenirs vaporeux

[Ywill]
Une vie écrite sur des post-it, collés dans mon home sweet
Home comme pour sauver les souvenirs trop vite gommés
Paumés, au cas où Alzheimer me guetterait
Un bic en guise de eye-liner pour en sublimer les traits
Je lutterai contre l’oubli, la lobotomie
Poto relis ce rap et regarde cette photo jaunie

Cet instant figé dans le temps
A moins que nos mémoires vivent sur des feuilles mortes comme emportées par le vent

[Oprim]
Si me lever du pied gauche est le dénouement d’hier
C’est que du pied droit j’ai trop remué, trop foulé la de-mer
Je me couche sur papier lorsque se pointe la lune
Une sorte de mémorial à toutes mes heures perdues
Du superflu pour ceux qui gagnent leur vie
Une musique d’ascenseur pour nos quartiers ler-dea
A l’heure où je m’écrie la ville s’est endormie
Tout ça on verra demain si on s’en est remis

[Saknes]
Ouais si je te croise je te dirai que ma mémoire me joue des tours
J’ai payé les violons du bal, autour, j’ai rayé les vautours
Le temps fait peu d’amis, la déception, les mauvais jours
La médisance parle de mon cercle mais n’aura fait que le contour
Scar-la je n’avais que des mots pour libérer la magie
Et je cherche à mes heures perdues juste une seconde de nostalgie
Des nuits blanches aux idées noires à ne voir que des nuances de gris
A l’heure bleue je me lève et prie histoire de ne pas perdre l’esprit

[Lautrec]
Et je voudrais dire un truc avant de buter Lautrec
Tracasse toi pas mon petit canard
Tu sais vieillir casse pas 3 pattes à un zonard
A la TV on veut te faire croire le contraire
Parce que t’es jeune et con donc on veut t’enfiler
Sûr, tu dis moins je t’aime pour les fois que tu t’es fait jeter
Sûr que tu crois moins les révolutionnaires vu que t’as rien révolutionné
Mais ce qui reste dans le passé c’est pas ce que t’as cessé d’être
Seulement ce que t’as jamais été

[ Dooz Kawa]
Je me souviens quand je m’en rappelais, mon enfance a disparu
J’ai passé mon temps à rapper ou bien à tiser dans la rue
Et toi Green hein tu l’imaginais comment ce truc ?
Nos enfances disparues tu passes ton temps dans les instrus
Un combat, deux millions de rounds, des mois en tension sur une ligne
Bien qu’on fasse de l’underground on s’élève comme des moines Shaolin
A cause de ce qu’on écrit, on sacrifie nos vies humaines
J’ai vécu des vacances au ski (zophrène)

[Guilty]
De décès en déception l’imparfait rime avec obsession
Combien de fois il a fallu que j’échoue pour comprendre toutes ces choses ?
Sous la couche d’ozone je me sens comme une étoile pour la famille
Comme un second souffle au cœur qui bat tout autant qu’il s’abîme
Le temps il est comme nous il passe et puis il fait sa vie
Parfois laisse des traces sur les traits de caractère et ses contours
Je me sens comme partagé entre espoir et nostalgie
En souvenir des sentiments qu’on ne voit pas sur les photos

[Frimsa]
Il n’y a rien à comprendre on danse sous la boule à facettes
Les abus se contemplent et on se contentait d’être cool en facette
J’atterris quand la foudre s’énerve, un châtiment
Que de faire partie du régiment le plus sinistre de la voûte céleste
Tu l’as croisé l’alcoolique a démarré cash
J’irai froisser, laisser les chroniques dans un marécage
Deux larmes pour saler la cuisson, la plume pour froisser les soucis
Les rêves acquiescent, les sentiments s’encaissent sans froncer les sourcils

[Fhat.R]
J’ai le sang qui bouillonne et la mémoire qui flanche
Étrange nan, c’est la vie et j’vais te le dire franchement
Jadis on était vif, plein de fougue, ça bouge tout-par
Avec des boosters, des bouts de shit et mes têtes toutes pales
On savait pas comment les choses se passeraient
Et chaque année ça recommence et ça devient très chaud pour gérer
Moi je sais plus comment réagir, rire ne serait pas si moche
Voir la vie en vrai ici c’est mieux qu’une réduction d’cinoche nan ?

[GANJre the Giant]
Commence the retrospect
For every second that I begged for death
For every moment I was worth more but plead for less
For every time I let my mother and my father down
For every time I tried to smile while my brother frowned
Well, here’s a toast for every moment never gettin’ back
The bees are swarming in my fitted hat
I sit and wither, sipping yak
Thinking about the past, all the tit for tat
It’s probably hindering, but it’s a wrap

[Tous]
La voix enfermée dans ma tête devient claustro man
Bien trop souvent la poisse est passée me serrer la pince
Et puis le temps s’est écoulé, plus le temps de se la couler douce
A la place du cœur t’as plus qu’un ce-tru qui fait tic-tac
J’ai couru à ma perte histoire que mes jambes s’dégourdissent dans Paname
Chacun son parcours, je te sers mes couplets je donne de l’amour
Poto relis ce rap et regarde cette photo jaunie
Tout ça on verra demain si on s’en est remis
A l’heure bleue je me lève et prie histoire de ne pas perdre l’esprit
Mais ce qui reste dans le passé c’est pas ce que t’as cessé d’être
Bien qu’on fasse de l’underground on s’élève comme des moines Shaolin
Le temps il est comme nous il passe et puis il fait sa vie
J’atterris quand la foudre s’énerve
Jadis on était vif, plein de fougue, ça bouge tout-par
For every moment I was worth more but plead for less

Live session, pour tout péter
C’est pour toi mon gars et pour tes copains
Ladies and gentleman
Greenfinch
A présent, mec tu sais à qui tu as a faire
Live session, pour tout péter
C’est pour toi mon gars et pour tes copains
The number one
(Greenfinch)
A présent, mec tu sais à qui tu as a faire

Partager:
Réalisé par Def - 1way